Apparue en France en 1863 dans des semences de trèfles, l’ambroisie à feuille d’armoise – Ambrosia artemisiifolia – est une plante  originaire d’Amérique du Nord. Très allergisante, colonisant rapidement tous les milieux, elle est aujourd’hui un véritable enjeu de santé publique et fait partie des espèces exotiques envahissantes, dont l’invasion s’étend d’année en année sur l’ensemble de la métropole.

Quel est son impact sur la santé, l’environnement et l’économie ?

L’ambroisie à feuille d’armoise est une espèce nuisible à la santé humaine. En effet, le pollen entraîne des symptômes allergiques sévères tels que des rhinites, conjonctivites, eczéma, urticaire, asthme, etc. 10 grains de pollen/m3 sont suffisants pour entraîner ces symptômes !
Comme l’ensemble des espèces exotiques envahissantes, l’ambroisie a également des impacts négatifs sur l’environnement. Elle possède une capacité exceptionnelle à coloniser tous types de milieux, notamment des sols dénudés de végétation, parcelles agricoles, bords de route, chantier, etc. engendrant ainsi une perte de la biodiversité locale.
Enfin, d’un point de vue économique, afin d’éviter que le budget alloué à la lutte contre l’ambroisie soit trop onéreux, il est primordial d’éviter la constitution d’un stock semencier en agissant précocement.
Cette prévention est d’autant plus importante que la présence de l’ambroisie à feuilles d’armoise dans les parcelles agricoles peut entraîner une salissure des terres sur le long terme, des semences non conformes, une perte de rendement, etc.
En Auvergne-Rhône-Alpes, région fortement impactée par la présence de l’ambroisie, le coût sanitaire en 2016 s’est élevé à 22 millions d’euros, comprenant visites médicales, congés maladie, soins, etc.

Comment la reconnaître ?

L’ambroisie à feuilles d’armoise Ambrosia artemisiifolia, est une plante exotique envahissante en France appartenant à la famille des Astéracées.
Cette herbacée possède des feuilles profondément découpées et sont colorées du même vert sur les deux faces (inférieure et supérieure) de la feuille. La tige est velue et rougeâtre. Les fleurs mâles sont regroupées en long épis. Ce sont elles qui libèrent le pollen à maturité.
Chaque plant d’ambroisie peut disperser jusqu’à 3 000 graines.

Attention, confusion possible

Image extraite de la fiche Ambroisie à feuilles d’Armoise, Conservatoire botanique national de Franche Comté (2008)

L’ambroisie à feuilles d’armoise peut être confondue essentiellement avec deux autres espèces de la même famille :

  • L’armoise commune Artemisia vulgaris : face inférieure de la feuille de couleur gris argenté, odeur marquée quand on froisse une feuille ;
  • L’armoise annuelle Artemisia annua : feuille finement découpée, odeur marquée quand on froisse une feuille.

Que faire en présence d’ambroisie ?

L’ambroisie doit être détruite avant la pollinisation et à nouveau avant la grenaison. Pour savoir quoi faire, où et quand, l’Agence Régionale de Santé du Grand Est a réalisé une fiche pratique :

Qui sont les référents ambroisie et quel est leur rôle?

Les élus, agents de commune, gestionnaire d’espace peuvent devenir référents ambroisie ; ce sont des sentinelles pouvant recueillir les signalements d’ambroisie et les vérifier sur place, ainsi que prendre les mesures nécessaires à la gestion du plant. Ces référents sont en lien direct avec la FREDON locale, permettant ainsi un relai efficace des informations.

C’est le maire qui désigne les référents. Pour ce faire, il suffit de remplir la fiche « désignation de référent », disponible ci-dessous, et la transmettre à la FREDON Grand-Est ou par mail à anais.muller@fredon-alsace.fr

Quelle réglementation ?

Plusieurs dispositifs réglementaires au niveau national ont été mis en place pour lutter contre l’ambroisie :

  • Décret du 26 avril 2017 relatif à la lutte contre l’ambroisie à feuilles d’armoise, l’ambroisie trifide et l’ambroisie à épis lisses – voir le décret ;
  • Arrêté du 26 avril 2017 relatif aux mesures visant à limiter ou à interdire l’introduction, le transport, l’utilisation, la mise en vente, la vente ou l’achat, sous quelque forme que ce soit, des espèces végétales nuisibles à la santé – voir le décret ;

Ajoutés à ces textes, des dispositifs réglementaires ont été mis en place sur notre territoire :

  • Arrêté préfectoral du 18 juillet 2018 prescrivant la destruction obligatoire de l’ambroisie à feuilles d’armoise, de l’ambroisie trifide et de l’ambroisie à épis lisses dans le Bas-Rhinvoir l’arrêté ;
  • Arrêté préfectoral du 27 juillet 2018 prescrivant la destruction obligatoire de l’ambroisie à feuilles d’armoise, de l’ambroisie trifide et de l’ambroisie à épis lisses dans le Haut-Rhinvoir l’arrêté.

Les outils à votre disposition

De nombreux documents (guide pratique, fiche de reconnaissance, panneaux d’exposition, etc…) sont disponibles sur le site Internet du ministère des solidarités et de la santé : voir la page Internet consacrée à l’ambroisie sur le site Internet du Ministère des solidarités et de la santé.

La plateforme de signalement de l’ambroisie est un outil géré par l’Agence Régionale de Santé Rhône Alpes. Elle regroupe les signalements de l’ambroisie à feuilles d’armoise sur tout le territoire métropolitain. Si vous en voyez, n’hésitez pas à le signaler par l’intermédiaire de cette plateforme (également accessible depuis votre smartphone) : www.signalement-ambroisie.fr

Pour aller plus loin, vous pouvez également participer aux formations «lutte contre l’ambroisie », organisées conjointement par la FREDON Grand Est et le CNFP. Celles-ci sont destinées à tous ceux qui souhaitent en savoir davantage sur cette plante envahissante et notamment pour les référents désignés sur le territoire. Les prochaines formations auront lieu au printemps 2020 avec visites de terrain pour découvrir la plante en conditions réelles.

En région Grand Est, un plan "AMBROISIES" coordonné par les FREDONs

La gestion des ambroisies s’inscrit dans le cadre du 3ème Plan Régional Santé Environnement (PRSE 3) et plus particulièrement dans l’objectif stratégique 5, qui est de renforcer les réseaux de surveillance des espèces invasives nuisibles pour la santé et renforcer les réseaux d’acteurs du territoire.

Depuis 2018, les FREDONs Champagne-Ardenne, Lorraine et Alsace sont missionnées par l’ARS Grand-Est pour animer et coordonner le plan régional de lutte contre les ambroisies visant à:

    • assurer la surveillance de l’exposition
    • améliorer les connaissances sur ces espèces et les moyens de lutte
    • sensibiliser aux risques
    • coordonner les acteurs et les actions
    • développer des outils de gestion
    • promouvoir les actions de lutte
Consulter la mise en œuvre du PRSE 3 en cliquant sur l'image
massa risus Donec consectetur velit, Aenean fringilla elit. felis nunc